Crêt de la Goutte

16/11/2018, par Paul

Jeudi 15 novembre 2018.

Randonnée dans la région du Crêt d’Eau.

13 randonneurs du GFB se retrouvent sur le parking Grosfillex à Tossiat. Le covoiturage est organisé avant de prendre l’autoroute en direction de Chatillon en Michaille puis Ballon. C’est le point de départ pour la randonnée qui doit nous conduire vers les crêts de La Goutte, du Miroir et du Milieu.

Par hasard, un randonneur des « Amis des sentiers » de Bellegarde se retrouve avec nous alors que nous finissons de nous préparer dans le brouillard épais qui règne ici à Bollon. Il va donc nous accompagner pour le début de notre balade.

Ballon, Les Avours puis le chemin s’écarte fortement de la limite de la carrière Famy car ses dirigeants viennent d’obtenir un droit d’extension important et la capacité d’exploitation va très fortement augmenter. Nous voyons d’ailleurs du matériel en cours d’installation, des tapis roulants vont acheminer les matériaux jusqu’à Lancrans afin de réduire la pollution due aux camions utilisés aujourd’hui (poussières fines de diesel et émission de gaz à effet de serre). Puis c’est Pré Seigneur, c’est là que notre bellegardien nous quitte, Métral, le croisement qui nous dirige plein Nord à travers le bois de la Charmante vers le « sentiers des Gardes ». Il est maintenant bien balisé, très étroit, très fortement pentu et il est nécessaire d’être ultra prudent sur ce terrain en dévers et mouillé. Le brouillard est encore présent et le soleil essaie de le transpercer. Il va finir par y  arriver alors que nous empruntons pour quelques centaines de mètres le chemin qui relie les parkings de la Charmante et celui de la Charnaz. Il se met à faire chaud, presque trop chaud pour une journée de mi-novembre. D’autres randonneurs nous rejoignent au chalet de Varambon. Ils montent directement en direction du crêt de la Goutte alors que nous préférons rester au soleil et contourner le bois avant d’aller au sommet. La montée est très rude pour quelques uns d’entre nous. La fatigue est là. Mais pas pour tous à tel point que les bouchons ont déjà sauté lorsque les derniers atteignent le point de pique-nique près de la croix. Il n’y a aucun vent, ce qui est très rare à cet endroit, c’est pratiquement une journée d’été.

L’un d’entre nous devient d’une pâleur impressionnante. Il reste assis et refuse de s’allonger, ne veut rien manger.…. A force de persuasion, de palabres il ingère quelques morceaux de sucre agrémentés d’alcool de menthe, de manger quelques grains de raisin, de boire de l’eau. Ses couleurs reviennent, encore un peu de repos…. Enfin ça va mieux!

Nous pouvons repartir ! La marche est normale mais lente et nous filons directement vers Sorgia d’en Haut. L’idée initiale de passer par le chalet Bizeau a été abandonnée sans aucune difficulté vu l’état de l’un d’entre nous. Maintenant c’est Sorgia d’en Bas. Les kilomètres se sont additionnés, la marche devient plus lente. Puis encore plus lente alors que nous avons retrouvé Métral. Le randonneur fatigué commence à marcher de façon presque automatique et plusieurs d’entre nous restent avec lui. Heureusement la nuit ne tombe que vers 17h30 et nous arrivons à Pré Seigneur alors qu’il n’est que 16h50. Tout devrait aller bien. Et c‘est le cas, nous arrivons à bon port.

Randonnée physique de 21,5 km pour une dénivelée de 1295 mètres.

© Grand Fond Bressan 2015-2018 - Création Nitrique Concept